A Taizé

0
203

Voilà déjà un mois que nous sommes allés à Taizé. Que me reste-il de ce souvenir ? On pourrait croire que tout a été oublié dans la masse de choses préoccupantes à faire chaque jour et qui nous prend notre temps, que ce soit les cours à l’université, les examens, le travail ainsi que toutes les autres activités nombreuses qui nous font oublier l’essentielle, c’est-à-dire connaître dans le silence un temps personnel avec Dieu. Et c’est ce que Taizé nous apprend.

Lorsqu’on arrive à Taizé, accueillis par le son des cloches, il y a d’abord cette émerveillement d’être dans un lieu aussi connu puis il y a autre chose qui émerveille : les prières, et surtout les chants de Taizé !

La vie est simple, il y a des repas suffisants et des temps de partage en communauté. On s’y habitue très vite. Cette année en plus des confirmants, des confirmés sont revenus à Taizé pour y vivre à nouveau en communauté.

Avant de partir à Taizé j’avais déjà entendu parler de cette communauté mais il y a beaucoup de choses que j’ignorais encore. Je ne savais pas qu’en y allant j’allais voir autant de jeunes se battre pour trouver un sens à leur vie, en ayant un amour profond pour leurs semblables et autant de joie. C’est toujours ce qui me fascine chez les jeunes chrétiens et ce que j’admire le plus, leur immense foi. Malgré les hauts et les bas que nous avons connus avec les autres membres de l’équipe diocésaine dont je faisais partie, nous avons su travailler en équipe et rester unis et à chaque fois nous nous soutenions et cela a marqué les animateurs et les jeunes. J’ai plus particulièrement apprécié le témoignage d’une jeune confirmée qui est revenue à Taizé pour “remettre de l’ordre dans sa vie spirituelle et revenir vers Dieu”. Il y a des jeunes qui savent choisir quelle est la meilleure place dans leur vie. La meilleure place n’est pas là où on s’assoit pour se plaindre de la crise économique, du manque d‘emploi, des formations scolaires peu professionnalisantes ou des gilets jaunes… Elle est là où notre cœur nous dit d’être. Et il n’y a qu’un seul endroit où notre cœur a besoin d’être.

Je remercie le pôle jeune de m’avoir fait vivre cette expérience et vous invite à voir les photos et témoignages de jeunes sur le site du pôle jeunes 93.

Cécilia