Les Spiritains, Missionnaires du Saint-Esprit

0
453

Notre fondateur, Claude-François Poullart des Places a consacré à l’Esprit-Saint sa petite communauté naissante, le 28 mai 1703, à Paris (France) : c’était le Séminaire du Saint-Esprit. Cette consécration nous l’avons gardée et nous en sommes fiers. Mais notre nom « officiel » est celui de « Congrégation du Saint-Esprit et du Saint Cœur de Marie ».

En effet, nous sommes le fruit d’une union de deux congrégations, celle donc du « Saint-Esprit » fondée en 1703, mais aussi celle du « Saint-Cœur de Marie » fondée par François Libermann en 1841, à Amiens (France). Nous sommes connus sous le nom de « Spiritains » ; alors on nous demande souvent si nous sommes catholiques, si nous sommes membres d’un groupement religieux ésotérique, ou d’autres choses encore plus bizarres. Mais nous sommes bien « catholiques romains » et fiers de l’être.

Nous sommes consacrés à l’Esprit-Saint, auteur de toute sainteté et « inspirateur de l’esprit apostolique ». Nous demeurons aussi sous la protection du Cœur Immaculé de Marie, comblé par ce même Esprit « de la plénitude de la sainteté et de l’apostolat ». (Règle de Vie spiritaine, n° 6)

Nous sommes aussi connus comme des « missionnaires ». En effet, notre « charisme » c’est de porter la Bonne Nouvelle de l’Évangile de Jésus-Christ aux quatre coins du monde, et plus spécifiquement dans les milieux en difficulté sociale, dans les pays qui n’ont jamais ou peu entendu parler de Jésus-Christ ou encore dans des situations pour lesquelles l’Église trouve difficilement des ouvriers apostoliques.

L’évangélisation des pauvres est notre but. Nous allons donc plus spécialement vers les peuples, les groupes et les personnes qui n’ont pas encore entendu le message évangélique ou qui l’ont à peine entendu, vers ceux dont les besoins sont les plus grands et vers les opprimés. Nous acceptons aussi volontiers des tâches pour lesquelles l’Église trouve difficilement des ouvriers.- (Règle de Vie spiritaine, n° 4)